El Chaltén

Posté le 3 décembre 2018 par argentina2018 dans Non classé

Aujourd’hui, pour notre dernière journée à El Calafate, nous avons décidé d’aller à El Chaltén, une « ville » devenue la capitale du trekking. Située à quelques 220km de El Calafate, on s’y rend en voiture ou en car par une route qui traverse un désert ou plutôt une steppe infinie bordée par des clôtures. De loin en loin, on aperçoit l’entrée d’une estancia, mais elles semblent presque toutes abandonnées car nous avons pu compter le bétail qui y paissaient : quelques dizaines de chevaux, à peu près le même nombre de vaches, quelques rares brebis. J’oubliais : deux ñandúes (l’autruche argentine) et quelques guanacos. Ainsi qu’on nous l’a expliqué, le cours de la laine ayant chuté, on n’élève plus de brebis.

A mi-parcours, nous avons fait une pause dans un parador, La Leona, dont la présence en ce lieu surprend car c’est à peu près la seule demeure habitée que nous avons rencontrée. Mais, c’est un lieu historique. Jusqu’il y a peu, au milieu du XXè siècle, un bac  permettait de traverser la rivière qui la longe. C’est ici aussi que les ouvriers agricoles de la région se sont réfugiés pour fuir la répression  féroce et sanglante lors des grandes grèves de 1920. Le grand scientifique et explorateur argentin, Francisco P. Moreno y fut attaqué et grièvement blessé par un puma (leona en argentin, d’où le nom du lieu et de la rivière). Enfin, Butch Cassidy y Sundance Kid s’y arrêtèrent lors de leur fuite vers le Chili.

Un café pris, nous sommes repartis pour El Chaltén. Quelques rues qui se coupent à angle droit sur quelques cuadras et de très nombreux commerces, comme à El Calafate, articles de sport et agences de voyage, proposant toutes sortes d’activités liées à la montagne.

Mais, pour la balade que nous voulions faire nous n’avions pas besoin de guide. 8km aller-retour jusqu’à la Laguna Capri, d’où l’on peut observer le Fitz Roy et tous les sommets qui l’entourent. Vraiment très beau, même si le Fitz Roy était à demi-dissimulé par des nuages d’altitude. Comme tous les jours, un vent très violent soufflait et El Chaltén peut sans doute disputer à El Calafate le titre de capitale du vent.

Nous sommes rentrés à temps pour aller reprendre des forces à notre restaurant préféré, Mi rancho. Côtelettes d’agneau et lomo, soit deux énormes tournedos. Et, comme dessert, semifrío de maracuyá et crème brûlée. Repus, nous pouvions reprendre le chemin de l’hôtel.

El Chaltén
Album : El Chaltén

17 images
Voir l'album

Répondre

D'autres nouvelles

Shanghai2018 |
Mavieamayottebyjade |
Luxtrip |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | 4cvivarais
| 4bvivarais
| 4avivarais